Une école de la République

Pièce maîtresse de l’opération de rénovation du quartier de la Madeleine regroupant une population de près de 11.000 habitants (soit près du cinquième de celle d’Evreux), la reconstruction du groupe scolaire Maxime Marchand se devait de traduire les nouvelles orientations urbaines basées sur l'institution d’une frontière entre l’espace public et l’espace privé. La longue façade de l’école (près de 110 mètres) implanté le long du nouveau mail planté se veut donc à la fois structurante et didactique : côté ville, l’école s’affirme d'une part à travers la figure spécifique de la classe révélé par l'alternance des patios, d'autre part à travers une longue façade inclinée surplombant le parvis d’entrée affirmant de manière dynamique la vocation, plus institutionnelle, d’un équipement public. Parachevant cette composition du particulier au général un buste de Marianne stylisé symbolise la restauration de l'autorité Républicaine dans un quartier qui sera marqué par les émeutes urbaines de 2005. Côté cour, l’école se scinde en deux entités distinctes : d’une part une école maternelle de cinq classes abritées sous une grande couverture courbe et protectrice en zinc, d’autre part une école élémentaire de quatorze classes dont le jeu architectural élaboré à partir du module des classes prolonge comme l’envers de l’endroit celui de la façade sur rue. La grande façade oblique de béton texturé gris dissimule quant à elle les locaux communs aux deux écoles : bibliothèque, salle informatiques, et autres.

-Programme : Reconstruction du groupe scolaire Maxime Marchand. Création d'une école maternelle de cinq classes, d'une école primaire de quatorze classes, de locaux communs (bibliothèque, salle informatique, ...) et de locaux de restauration.
-Maître d'ouvrage : Ville d'Evreux
-Site : quartier de la Madeleine
-Date : 2004
-Budget : 4 970 000 E HT
-Surface (Shon) : 4192 m²
-Statut : co-conception phase concours avec Atelier Madoz-Moussard, projet non retenu
-Période : 2004